Reconversion professionnelle : Quand les émotions nous font obstacles

La reconversion professionnelle n’a jamais été facile. Si vous pensez que sur un coup de tête, vous décidez de vous réorienter du point de vue professionnel et que ça va marcher en seulement quelques temps, détrompez-vous. La principale difficulté lorsqu’on veut se reconvertir réside dans gestion de ses émotions La décision que vous avez prise génère beaucoup d’émotions en vous, elles vous rendent moins objectif et parfois même bloquent votre route. Que faire dans ce cas ? Comment surmonter tout cela ?

Les différents types d’émotions que vous pouvez avoir

La première émotion qui vous gagne est la colère. Vous êtes en colère après votre boss, après votre métier actuel, après votre vie et parfois même après le monde entier. Mais la colère peut être une bonne chose parce qu’elle vous pousse à agir. Cependant, ce n’est jamais bon d’enfouir la colère, il faudra plutôt apprendre à la maîtriser. La deuxième émotion qui peut être fatale pour votre nouvelle voie est la peur. Vous avez notamment peur de vous tromper par rapport à votre décision. Et c’est tout à fait normal. Vous avez travaillé dans la même boîte pendant plusieurs années, vous vous demandez comment pouvez-vous être sûr que la décision que vous prenez maintenant est la bonne pour votre vie. Vous avez également peur de l’échec. Et si dans quelques mois, vous n’aurez toujours pas les résultats escomptés et que vous aurez plutôt des difficultés financières en retour ? Tant d’émotions, tant de peurs, tant de questions vous angoissent. Il y a aussi la peur du regard des autres. Et c’est la plus destructrice. Du jour au lendemain, vous changez d’identité, votre vie va en être chamboulée et vos proches n’y comprennent rien. Vivre par rapport au regard des autres n’est pas recommandé pour réussir dans la vie. Vous êtes unique, votre choix est unique et vous en serez le seul responsable après. Ensuite, après la peur il y a l’impatience. Vous venez d’avoir une énorme révélation de votre potentiel à entreprendre par exemple, vous voulez réaliser vos rêves et vous êtes impatient. Attention, l’impatience peut vous pousser à prendre des décisions trop hâtives. Il faudrait apprendre à rester calme. Un seul pas à la fois.

Comment faire pour maîtriser ces émotions

Il faut savoir que si vous avez vraiment décidé de vous reconvertir, ces émotions sont inévitables. Il vous faut les accepter. C’est la première étape à franchir pour apprendre à les maîtriser. Une fois que vous les acceptez totalement, exprimez-les. Cherchez les mots exacts pour exprimer ce que vous ressentez. Ce sera un moyen de vous en libérer. Ensuite, si vous avez par exemple peur, cherchez pourquoi vous l’êtes et essayez de savoir si les raisons en sont fondées. Les émotions sont le plus souvent les fruits de nos pensées. Si nous sommes trop négatifs, nous allons ressentir la peur, le désarroi ou les doutes.  Apprendre la relaxation peut aussi être une bonne chose pendant ces moments, apprenez à respirer lentement et profondément par le ventre. Les bienfaits vous couperont le souffle.

Operer une reconversion professionnelle réussie

Ce n’est pas une mince  ou banale entreprise. Mal envisagée, elle peut faire basculer une vie entière dans le mauvais sens. La reconversion professionnelle peut faire peur quand bien même on le ressent comme un impératif. Il est donc important pour quiconque pense emprunter ce chemin et prendre une nouvelle voie professionnelle, de le faire avec beaucoup de précautions. Il y a quelques astuces qui peuvent aider. Mais déjà, on sera tous d’accord sur le fait, qu’il est anormal de changer de métier du jour au lendemain.

Savoir où on va

Ne pas naviguer à vue, est une règle très simple et pourtant essentielle quand on pense à la reconversion professionnelle. Vous êtes à un poste que vous souhaitez quitter. Avant d’envisager sérieusement la question de votre départ, il faut éluder la question du pourquoi. Concrètement, vous devez identifier les raisons qui vous poussent à entreprendre une reconversion professionnelle Salaire ? Conditions de travail ? Impossibilité de monter en grade ?

La deuxième étape sera de savoir dans quel domaine on compte échouer.  Ce qu’il y a de pire à faire ici, c’est de ne penser à tout ceci que quand on pointe au chômage. La raison en est simple, changer de domaine d’activité n’est pas juste une question de choix, c’est aussi une question pécuniaire. Personne ne vous prendra si vous êtes ignorant ou totalement novice au poste que vous convoitez.

Se forger de nouvelles armes

C’est donc pendant que vous êtes à ce poste que vous voulez quitter pour la raison que vous avez énoncée plus haut, qu’il faut vous préparer à quitter le navire. Il vous faudra donc, dans un premier temps, faire le bilan de votre temps passé à ce poste. Les expériences accumulées, ce que vous avez gagné et ce que vous avez perdu, tout ceci en comparaison de ce que vous aurez aimé avoir. Dans un deuxième temps, il va falloir se payer une formation dans le domaine que l’on souhaite conquérir.

https://youtube.com/watch?v=vimeo.com

Mais il est crucial de faire savoir qu’il n’est pas toujours avisé de se lancer dans une nouvelle formation une fois le poste quitté. Les cours du soir sont une bien meilleure option. Cela vous permet de mieux supporter les charges financières que cette décision peut engendrer.

Mais il y a une autre option. Parfois la reconversion professionnelle peut prendre une allure totalement déroutante pour certaines personnes qui se perdent et se confondent dans la nature et les motivations réelles de leurs choix. Si vous vous sentez dans ce genre de cas de figure, c’est simple, faites appel à un spécialiste qui saura vous guider au point de vous faire exprimer votre plein potentiel car il est important de bien trouver sa vocation professionnelle avant d’entreprendre une virage à 180° dans sa carrière.

Il faut être patient

Une reconversion professionnelle s’envisage, se programme, et s’exécute. C’est donc un plan que vous mettez à exécution et cela peut prendre du temps. Déterminer sa nouvelle orientation peut prendre du temps. Les programmes de formations ne sont pas les mêmes en termes de durées d’un domaine à un autre. Voilà pourquoi cette décision doit être suffisamment murie avant d’être prise de façon définitive au risque de créer des dégâts irréversibles.

Reconversion professionnelle : les erreurs à éviter

Parfois, c’est accepter de faire violence sur soi-même que d’envisager de changer de métier. Et sous cette pression pas toujours évidente, il peut arriver que l’on commette des erreurs dont les conséquences sont difficiles à gérer. Une reconversion professionnelle bien entreprise doit pouvoir vous épargner un certain nombre d’erreurs, dont l’une, et la plus commune est de sauter dans l’inconnu. 

Identifier et sonder le secteur visé

Quand on dit sauter dans l’inconnu, on pense qu’il s’agit de ne pas savoir dans quel domaine on va se reconvertir. Mais bien sûr que non ! Il s’agit en fait d’être suffisamment informé des réalités du domaine choisi. Entre le fait d’être attiré par une activité et la pratiquer pour de vrai, les réalités des faits peuvent prendre une autre tournure.

Donc, il faut organiser des rencontres avec des professionnels du domaine, leur poser les bonnes questions, s’informer des rouages mais aussi des conditions de vie et de travail. Il est vrai qu’on ne peut tout avoir en un, mais veillez à ce que le domaine choisi vous apporte un maximum de satisfaction.

Ne pas se laisser intimider

On vous dira surement, si vous êtes jeune, « pense à te construire une solide expérience » ; si vous êtes vieux « ce n’est pas la peine, tu as dépassé l’âge ». Un argument qui pèse tellement qu’il peut annihiler toutes vos envies est le suivant : « Tu as une situation confortable, qu’est-ce que tu veux aller chercher ailleurs ? ». La reconversion professionnelle est une décision qui peut susciter beaucoup de tensions et de craintes et si votre entourage a toujours été à votre chevet, il vous sera trois fois plus difficile d’y parvenir sans froisser une ou deux personnes au passage. Le plus important c’est de savoir si vous avez pris la bonne décision, et surtout, si vous vous êtes préparé en conséquence.

Ne pas confondre les ennuis et le dégoût

Reconversion professionnelle d’accord, mais pas de précipitation. Une erreur qui peut être fatale et dangereusement déstabilisante, c’est d’opter pour un changement de métier sur un prétexte totalement erroné. Ceci est encore plus grave quand vous changez de domaine. Les moments de léthargies existent dans tous les métiers, cela ne signifie pas que votre métier est devenu ennuyeux. Mieux, que votre métier soit ennuyeux, ne signifie pas que le secteur dans lequel vous exercez l’est. Il faut donc apprendre à faire objectivement la part des choses.

Entre hobby et job à plein temps

Est-il une obligation aujourd’hui de quitter un métier pour en pratiquer un autre ? Bien sûr que non. Quand vous êtes en passe de prendre la décision d’une reconversion professionnelle, posez-vous cette question : Est-ce que le métier pour lequel vous voulez quitter celui que vous exercez maintenant vous plait ? Si la réponse c’est « oui », alors vous êtes sur une mauvaise pente. Parce que si ce n’est qu’une question de plaisir, alors c’est juste une sensation nouvelle que vous cherchez. Dans ce cas, faites-en un hobby.  Il faut que vous vous sentiez capable de sacrifier votre vie pour un nouveau métier avant de quitter l’actuel.